Imprimer

Editorial du numéro 28 de La Lettre de Jean-Pierre Sueur - décembre 2016

Cette nouvelle Lettre vise à rendre compte de mon action en ma qualité de sénateur du Loiret, mais aussi à favoriser le dialogue : d’accord ou pas d’accord, n’hésitez pas à me le dire. Un élu – vous le savez – doit d’abord savoir écouter. Et si je tiens à la complémentarité, pour un parlementaire, entre le travail national et la présence sur le terrain, c’est parce que je suis persuadé que notre vie publique – la politique – doit sans cesse se « ressourcer » ou retrouver son sens et sa pertinence dans la relation, la plus étroite possible, entre les élus et ceux qu’ils ont pour mandat de représenter.
Une autre conviction m’anime. J’ai eu l’occasion – comme on le verra – de l’exprimer à plusieurs reprises dans le débat sur les métropoles. Elle tient en ces mots : le développement doit être global. Opposer les agglomérations urbaines souhaitant devenir « métropoles », d’une part, et le monde rural ainsi que les villes petites et moyennes, d’autre part, me paraît être préjudiciable. Toute une région peut bénéficier du fait que la capitale régionale dispose de nouveaux atouts. Mais il est tout autant nécessaire de nous doter de communautés de communes fortes et dynamiques dans le monde rural. Plutôt que les oppositions, il nous faut rechercher et cultiver les complémentarités. Les dynamismes du rural, du « rurbain » et des villes moyennes et plus grandes doivent se conforter et s’additionner pour faire face aux défis d’aujourd'hui et de demain.
À tous et toutes, je présente d’ores et déjà mes vœux sincères et chaleureux pour 2017.

Jean-Pierre Sueur

>> Télécharger le numéro 28 de La Lettre