Interventions et prises de position

Vous trouverez ci-dessous les dernières prises de position de Jean-Pierre Sueur.

Pour celles des années 2006 à 2008, vous les trouverez sur le blog de Jean-Pierre Sueur.

Pour celles antérieures à 2006, consultez la rubrique Archives.

Le terrorisme est toujours là. Un récent attentat en Grande-Bretagne nous le rappelle.

Certains seraient tentés de se résigner et de se dire « à quoi bon ? » – puisque ce fléau revient toujours.

Se résigner, ce serait cependant donner raison aux terroristes.

J’espère de tout cœur que, grâce aux efforts de tous, nous vaincrons ce mal.

Et je pense à ces lignes qui figurent à la dernière page de La peste d’Albert Camus, par lesquelles celui-ci explique que le héros du livre, le docteur Rieux, « savait […] que cette chronique ne pouvait pas être celle d’une victoire définitive. Elle ne pouvait être que le témoignage de ce qu’il a fallu accomplir et que, sans doute, devraient accomplir encore contre la terreur et son arme inlassable, malgré leurs déchirements personnels, tous les hommes qui, ne pouvant être des saints et refusant d’admettre les fléaux, s’efforcent cependant d’être des médecins. »

Même si le mal peut revenir, la dignité humaine, et le respect, en chaque être humain, de l’humanité, imposent de lutter contre le terrorisme et les doctrines mortifères et inhumaines qui le nourrissent.

Jean-Pierre Sueur

Après le remarquable livre de Christiane Noireau que j’ai présenté ici le 5 octobre 2015, voici que paraît un nouvel ouvrage, non moins remarquable, que l’on doit à André et Catherine Soulas, paru aux éditions « lelivredart » sous le titre : « L’œuvre gravé de Louis-Joseph Soulas : un catalogue raisonné », un inventaire exhaustif de ce grand artiste que l’on a tant de plaisir à redécouvrir.

Ce « catalogue raisonné » ne recouvre pas toute l’œuvre de Louis-Joseph Soulas puisque celle-ci compte des illustrations pour une trentaine d’ouvrages et des centaines d’huiles et d’aquarelles. Mais pour ce qui est de « l’œuvre gravé », ce ne sont pas moins de 850 planches qui sont recensées et reproduites.

On y retrouve le cher moulin de Lignerolles, la Beauce et la Sologne gravés sous tous les angles et en toutes saisons, « un vieux paysan de mon pays », un « chemineau », mais aussi Raboliot – et encore Orléans et d’autres villes comme Collioure, Uzerche, Saint-Tropez ou Coutances… Et aussi des figures illustres, comme Beethoven, Berlioz, Paul Valéry ou Max Jacob.

… Mais toujours, après tant de tours et de détours – jusqu’à des « marines » – on revient au moulin, à la Beauce et à ses paysages aimés entre tous, saisis sur le vif, avec des traits épurés. Ces paysages nous parlent, ils ont une âme.

Raboliot - Village de Brinon-sur-Sauldre

Il faut remercier André et Catherine Soulas de nous avoir restitué dans leur intégralité ces 650 gravures qui constituent un parcours artistique d’une exceptionnelle densité et dont on mesure ainsi combien il trouve son unité, au-delà de la diversité des sujets traités, dans une fidélité à des motifs et à des paysages qu’il a dans le regard, dans le cœur – et qui ne le quitteront pas.

Jean-Pierre Sueur

Moulin en septembre

Lignerolles

Je suis en total désaccord avec la décision brutale du gouvernement de supprimer, dès 2017, un nombre important de « contrats aidés ».

J’ai pu constater les vives réactions et les inquiétudes de nombreux élus, responsables d’établissements scolaires, responsables d’associations – notamment à caractère social – dirigeants de petites entreprises. Je suis intervenu auprès du Premier ministre et des ministres concernés pour soutenir sans réserve auprès d’eux la position de l’ensemble des associations regroupant les maires de France afin d’obtenir un « moratoire » qui se traduise, dans l’immédiat, par le maintien de tous les emplois aidés existants.

En effet, alors qu’il y avait, fin 2016, 497 000 emplois aidés dans notre pays, le gouvernement a décidé d’en supprimer 149 000 dès 2017.

Je sais qu’il est revenu en arrière dans certains domaines. Mais, dans de nombreux secteurs, les suppressions restent effectives. Elles sont brutales, n’ont donné lieu à aucune anticipation ni concertation et entraînent de lourdes difficultés.

Sur le fond, le débat est ancien. Ce n’est pas la première fois que de tels dispositifs sont mis en cause au motif qu’il faut privilégier ce qu’on appelle les « emplois réels » induits par les entreprises et l’économie.

Cependant, la réalité c’est que, même s’il faut bien sûr, tout faire pour que nos entreprises créent le maximum d’emplois… nous sommes encore loin – et resterons loin, du moins durant un certain nombre d’années ! – du compte. Il est clair que les entreprises et l’économie ne créent pas tous les emplois nécessaires, eu égard notamment au développement démographique de notre pays.

C’est pourquoi les emplois aidés sont précieux et nécessaires. Ils permettent d’assumer de nombreuses tâches utiles à la cohésion sociale.

Les emplois aidés ont le grand avantage de proposer – aux jeunes tout particulièrement, mais pas uniquement – de leur « mettre le pied à l’étrier » en vue de leur future insertion professionnelle.

Pour moi, c’est un impératif : il faut maintenir les contrats aidés.

Jean-Pierre Sueur

Après avoir reçu les représentants des salariés de l’entreprise Vergnet d’Ormes, Jean-Pierre Sueur a saisi ce vendredi le Premier ministre, Édouard Philippe, pour lui demander de tout faire, dans des délais rapprochés, afin d’assurer la pérennité de cette entreprise. Il lui a demandé en particulier d’intervenir auprès des autorités éthiopiennes afin que celles-ci honorent la dette contractée auprès de l’entreprise. 

Il a demandé la mobilisation de l’État, notamment avec la banque publique d’investissement (BPI) et d’autres organismes compétents, pour assurer le relais financier jusqu’à la fin des négociations en cours avec de nouveaux partenaires industriels.
Il a rappelé que cette entreprise développe des produits de pointe – comme des éoliennes rabattables destinées aux zones affectées par les cyclones, ainsi que des centrales solaires. Il lui a écrit qu’il serait incompréhensible que, dans le contexte actuel, une telle entreprise, qui est en redressement judiciaire, ne puisse être sauvée et ne puisse se développer.
 
Il a demandé à être reçu à Matignon.
 

Jean-Pierre Sueur a posé à Jacques Mézard, ministre de la cohésion des territoires, une question écrite relative aux conséquences des impayés d'eau pour les communes.

>> Lire la question écrite